Qu’est-ce que le PIAF ?

CAROLINE BECKER, Webmestre et Directrice des opérations du PIAF
DIDIER GRANGE, Président du comité de pilotage du PIAF

Depuis plus de quinze ans, l’Association Internationale des Archives Francophones (AIAF), soutenue par ses partenaires financiers, pilote le Portail International Archivistique Francophone ou « PIAF ». Inauguré à Tunis en 2005 lors du Sommet Mondial de la Société de l’Information organisé par les Nations-Unies, il a été utilisé par plus de 96’000 personnes en 2016. Le PIAF est un espace virtuel de formation, d’information et d’échange. Il est dédié à l’archivistique, aux archives et aux archivistes. Ce site, ouvert à tous, gratuit et libre d’accès, présente une vision intégrée de l’archivistique francophone. Même si le site est en français, il est fréquenté par des archivistes d’un très grand nombre de pays en dehors de la Francophonie.

Le PIAF est composé de trois volets :

– Le volet « Se former » permet d’accéder à une formation en ligne, libre et gratuite. Il s’adresse en premier lieu aux professionnels isolés, qui n’ont pas accès à des cours de base ou de perfectionnement ni à la littérature professionnelle. Le PIAF constitue également une ressource bienvenue pour des personnes n’appartenant pas à la profession, qui souhaitent s’initier à la gestion des archives. Il est aussi utilisé dans le cadre de cours en archivistique dans de nombreuses universités et écoles spécialisées à travers le monde. Cette offre pédagogique est régulièrement actualisée et enrichie.

– Le second volet, intitulé « Se documenter », est constitué d’un ensemble de ressources documentaires destiné aux professionnels. L’idée est de leur offrir, à travers les différentes rubriques de cet espace, une boîte à outils de l’archiviste contemporain. Il comprend donc une bibliographie archivistique francophone exhaustive et unique en son genre. Il met à disposition des galeries de photographies et des films illustrant les différentes fonctions de l’archiviste (gestionnaire, conservateur, financier, lobbyiste, maître d’œuvre d’un projet architectural, informaticien, spécialiste de la communication et de l’évènementiel). Le blogue des actualités archivistiques francophones vient également souligner, par des exemples précis, les différentes facettes de ce métier. Il donne accès à une liste, en les recensant fiche par fiche dans un annuaire, de toutes les institutions d’archives francophones dans le monde. Il propose pour finir une webographie ou liens utiles vers des blogues d’archivistes francophones, des listes de discussions professionnelles, des revues archivistiques en ligne et des sites d’associations professionnelles. Cette boîte à outils proposera également d’ici peu des textes de références pédagogiques ainsi que des textes législatifs.

– Finalement, le PIAF met à disposition un outil de travail collaboratif et d’échange entre pairs, baptisé « E-pro » (pour « Espace professionnel »). E-pro est une plateforme sécurisée dont l’accès est limité aux seules personnes inscrites. Actuellement, plus de 1280 personnes participent à cet espace. Plus de 80 groupes de travail ont été créés autour de différents thèmes. Pour s’inscrire, il suffit d’en faire la demande sur le Portail. E Pro nous permet de fédérer une communauté de métier francophone autour du PIAF tout comme notre page Facebook, notre compte Twitter et notre lettre d’information bisannuelle le « Cri du PIAF ».

Au mois d’avril 2016, après des travaux conséquents, une nouvelle version du site a été lancée. Elle a été conçue pour être utilisable sur les tablettes et sur les smartphones. L’ergonomie est plus dynamique et la navigation plus fluide.

La principale transformation – et elle est de taille – qui s’impose aujourd’hui à tout archiviste, qu’il ait été formé au XXème ou au XXIème siècle, est la prolifération du numérique dans son champ d’activité. Dans cette nouvelle version du PIAF, nous avons renforcé notre offre dans ce domaine afin que tous les archivistes aient le moyen de se former à la gestion des documents numériques et aux nouvelles techniques de conservation.

Mais cette nouvelle version ne constitue qu’une étape dans le développement du site. Parmi les travaux en cours ou à venir, on peut noter la création probable d’un quatrième volet général, consacré à la recherche en archivistique. Deux modules, l’un consacré aux référentiels métiers et l’autre à la législation archivistique francophone, sont en cours de préparation.

L’avenir du PIAF dépend fortement du degré d’engagement tant des institutions qui le soutiennent que de celui des professionnels prêts à contribuer au projet. Il est donc de la responsabilité de notre communauté professionnelle dans son entier de faire en sorte que le PIAF continue sur sa lancée, en alliant qualité, solidarité et service à la communauté.

A ce titre, l’équipe du PIAF lance une grande enquête auprès des internautes, enseignants, étudiants férus d’archivistique, dont vous êtes, chers lecteurs d’Archives 21 ! L’objectif, au terme de cette enquête, est d’établir une liste des textes incontournables ou « fondamentaux » pour une bonne maîtrise du métier d’archiviste et/ou de l’archivistique. N’hésitez pas à collaborer en envoyant votre liste à Aïda Chebbi (aida.chebbi@umontreal.ca) dans « commentaires » de notre blogue ! Cette liste figurera dans une nouvelle rubrique du PIAF.

Insistons, pour terminer, sur le très vif succès remporté par le PIAF. Il n’a pas d’équivalent au niveau international. Il peut faire la fierté des archivistes francophones dont la réussite, à travers cette réalisation particulière, à bien des égards et sous des latitudes différentes, est enviée. Certainement peut-on considérer le PIAF comme un modèle, qui pourrait un jour inspirer d’autres communautés professionnelles, voire le Conseil International des Archives (ICA).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *