Archives de l’auteur : archives21

Les Archives au XXe siècle : un ouvrage qui a marqué le développement de l’archivistique au Québec

DANIEL DUCHARME, chargé de cours (ARV1050)

Archives au XXe siècleLa parution des Archives au XXe siècle en 1982 constitue sans aucun doute un événement marquant dans le développement de l’archivistique au Québec. La Loi sur les archives était sur le point d’être adoptée, l’enseignement universitaire de la discipline faisait ses premiers pas, et de nombreux enseignants, étudiants et praticiens ressentaient le besoin d’avoir un ouvrage à leur disposition. Un ouvrage d’archivistique adapté à la réalité québécoise qui prenait en compte tout le cycle de vie des documents. L’ouvrage de Couture, Rousseau et collaborateurs tombait bien, pourrait-on dire. La preuve en est que « Les Archives deux X », comme on l’appelait familièrement entre nous, fut pratiquement un succès de librairie avec des ventes de plusieurs milliers d’exemplaires. Peu de temps après sa parution, ce manuel fut traduit en anglais (1987), puis en espagnol (Mexique) en 1988.

Pourquoi Les Archives au XXe siècle a-t-il rencontré un tel succès au Québec et ailleurs dans le monde? Sans doute parce qu’il s’agit d’un manuel au sens strict du terme. Un manuel se définit comme un « ouvrage didactique ou scolaire qui expose les notions essentielles d’un art, d’une science, d’une technique, etc. » (Le Petit Larousse 2001). Dans Wikipédia (2015), on peut lire aussi qu’un manuel regroupe « l’essentiel des connaissances relatives à un domaine donné ». Et c’est exactement cela que nous retrouvons dans cet ouvrage : l’essentiel des connaissances archivistiques utiles à la pratique du métier.

À notre avis, l’ouvrage de Carol Couture, Jean-Yves Rousseau et collaborateurs, Les archives au XXe siècle, constitue, malgré le temps qui passe, le manuel d’archivistique le plus complet, le plus abouti de la Francophonie, et dont la portée pratique reste sans égale encore aujourd’hui. La sortie douze ans plus tard de Les Fondements de la discipline archivistique contemporaine (1994) par les mêmes auteurs et, en 1999, de Les Fonctions de l’archivistique contemporaine a certes permis une mise à jour complète du corpus théorique de la discipline, mais n’a pas su renouveler sa portée pratique. D’ailleurs, aucun ouvrage subséquent n’a permis de le faire dans le monde francophone, sauf en gestion des documents où les ouvrages de Michel Roberge – dont le premier du nombre (La gestion des documents administratifs) a paru dès 1983.

Pour les archivistes du XXIe siècle, rappelons que Les archives au XXe siècle est structuré en trois parties. La première, intitulée Archives et société, s’avère un préalable indispensable à l’ensemble des tâches que doit réaliser l’archiviste dans une organisation. C’est ici que nous retrouvons, en autres choses, un modèle complet de politique de gestion des archives, modèle repris par la suite par de nombreux guides pratiques en gestion des documents et des archives. La deuxième partie, Archives et administration, constitue ni plus ni moins qu’un manuel de gestion des documents d’activité qui aborde, dans l’ordre, les outils de gestion (calendrier de conservation, plan de classification) et les étapes stratégiques de réalisation d’un projet en fonction du cycle de vie (traitement des documents actifs, semi-actifs et inactifs), tout en situant l’ensemble des opérations dans le contexte de la législation archivistique en vigueur. Enfin, la troisième partie, Archives et recherche, représente la partie du manuel qui se consacre à la gestion des archives définitives : le fonds d’archives et les fonctions (acquisition, évaluation, classement, description, diffusion et conservation).

Comment peut-on considérer ce manuel aujourd’hui ? Nul ne contestera le fait qu’il est dépassé sur le plan technologique, ses auteurs n’ayant pu raisonnablement anticiper le bouleversement des pratiques causé par la gestion des documents numériques. Mais plusieurs éléments méthodologiques (voir les chapitres sur le traitement des documents actifs, semi-actifs et inactifs) s’avèrent toujours valables et, après une légère adaptation, peuvent être réutilisés par les archivistes du XXIe siècle.

Couture, Carol et Jean Yves Rousseau (1982). Les archives au XXe siècle: une réponse aux besoins de l’administration et de la recherche. Montréal, Université de Montréal, Secrétariat général / Service des archives, 1982.