Les archives et la société : c’est votre affaire !

FRANÇOIS CARTIER, chargé de cours

Depuis l’été 2013, j’ai le privilège d’enseigner Archives et société (ARV1060), un des nouveaux cours optionnels du certificat en archivistique. C’est un cours qui, comme son nom l’indique, « vise à rendre l’étudiant(e) apte à comprendre et décrire le rôle joué par les archives et les archivistes dans la société actuelle ». En effet, pourquoi étudier l’évaluation, la classification ou la description sans prendre la pleine mesure de l’influence qu’ont joué les archives dans le monde qui nous entoure ? Ceci est d’autant plus vrai dans notre société post-moderne où le numérique rend l’information plus fluide et plus disponible.

Pour parler de cette influence au passé, je pourrais retourner à l’époque des 14,000 tablettes d’argile des salles d’archives d’Ebla (en Syrie actuelle) ou bien à celle des Tabulariums romains. Les Égyptiens avaient leurs scribes et vizirs, les Grecs leurs mnémons et les Chinois leurs zhoulis. Même à l’époque du Premier Empire français, Napoléon disait « qu’un bon archiviste est plus utile pour un gouvernement qu’un bon général d’armée » !

Il n’est pas nécessaire de porter notre regard si loin en arrière. Il suffit de s’attarder à la Seconde Guerre mondiale où des saisies et des destructions de documents se sont faites sur une échelle sans précédent. De l’été 1940, alors que les Allemands envahissent la France, jusqu’à la période suivant le débarquement de Normandie (été 1944), plus de 20 millions de documents et d’ouvrages imprimés sont soit détruits, soit confisqués par les forces nazies. Lorsque Karl Epting, l’adjoint d’Otto Abetz (l’ambassadeur allemand auprès du gouvernement de Vichy), affirme à l’automne 1940 à ses interlocuteurs du Quai d’Orsay que les archives pouvaient être des armes « aussi terribles qu’un obus », il se fait sans doute l’interprète d’une conviction partagée qui, jusqu’en1944, pousse les dirigeants allemands à mobiliser trains et camions pour transporter une partie de ces saisies vers Berlin (1). L’influence que l’on donne à ces documents est telle que les Soviétiques, qui saisissent aussi leur lot d’archives pendant la guerre, attendent jusque dans les années 1990 pour les restituer au complet à la France !

Rapprochons-nous encore de notre époque : le journaliste Robin Philpot prétend que des caisses de documents sont sciemment déchiquetées dans les bureaux de Power Corporation pour éliminer toute trace de dépenses illégales faites par le camp du « Non » lors du référendum sur l’indépendance du Québec de 1995 (2).

En fait, il suffit de s’arrêter à l’actualité quotidienne pour constater comment les archives nous entourent et influencent le discours social. L’automne 2016 est marqué, entre autres, par la campagne présidentielle américaine. Un enregistrement de propos disgracieux datant de 2005 vient ternir la réputation (déjà peu enviable) du candidat républicain Donald Trump. Quant à Hilary Clinton, des extraits de discours tenus devant les représentants de grandes banques en 2013 et 2014 (obtenus grâce à Wikileaks) laissent voir une candidate démocrate beaucoup plus près des « élites » financières de Wall Street, ceux-là mêmes qui furent à l’origine de la crise financière de 2008. Ces révélations, on s’en doute, sont largement exploitées par chaque candidat contre son adversaire.

Que dire, donc, de la place des archives dans notre société ? Randall C. Jameson le résume bien alors qu’il mentionne que « les institutions sociales, incluant le gouvernement et les lois, commerce et l’administration, les sciences, la religion, l’éducation et les arts, dépendent du « pouvoir stabilisateur des archives » pour atteindre leurs objectifs. La culture humaine dépend de notre habileté d’établir des ressources d’information qui sont durables, constantes et récurrente » (3).

C’est ce « pouvoir stabilisateur » dont nous, archivistes, sommes responsables. L’histoire nous montre comment les sociétés ont déployé de grands efforts pour en assurer la continuité, ou dans le cas de maltraitances, d’en prendre le contrôle.

Que vous soyez à l’œuvre dans un service d’archives ou en voie d’obtenir un diplôme en archivistique, si vous doutez encore de votre pertinence, dites-vous que c’est en conservant des traces de l’activité des hommes et des femmes que vous établissez votre importance pour la société. Et à ce titre, votre influence sur la société est assurée, peu importe si l’information est saisie sur du vieux parchemin ou sur un disque dur d’ordinateur !

SOURCES

(1) Sophie Coeuré. La mémoire spoliée : les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique, de 1940 à nos jours. Paris : Payot, 2007.

(2) Robin Philpot. Le référendum volé. Montréal : Les Intouchables, 2005.

(3) Randall C. Jimerson. Archives Power. Memory, Accountability and Social Justice. Chicago : Society of American Archivists, 2009.01

3 réflexions au sujet de « Les archives et la société : c’est votre affaire ! »

  1. Germain Bonneau

    « Qu’il voie, examine, mette en ordre et range dans les armoires, chartes et privilèges afin de les conserver le mieux possible pour qu’ils soient le plus sûrement et le plus facilement utilisables lorsqu’il sera nécessaire. Et qu’il fasse tout ce qu’il faut pour les conserver sûrement et les retrouver rapidement ». Philippe Le Bel, roi de France (1268-1313), confiant à Pierre d’Etampes, alors greffier principal de la Chambre des Comptes, la garde des archives en 1309

    Répondre
  2. Robert Allie

    Il faudrait aussi dire aux étudiants qu’ils vont trier, classer et conserver des documents, de prime abord, de moindres importances comme des millions de contrats et de factures. Toutefois, peut-être qu’un jour ces documents se retrouveront dans les mains d’enquêteurs puis devant la cour pour faire la démonstration de collusion, de corruption ou de fraude…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *